Panthéon Football Club

lundi 30 juin 2008

Puisqu'on parle de réincarnation

Le très officiel site de l'UEFA nous propose un historique des Championnat d'Europe de fooball.

A la page consacrée à celui de 1960, parmi les résultats sportifs de cette année, figure le soulier d'or. Je vous laisse le découvrir, c'est étonnant.

http://fr.euro2008.uefa.com/history/season=1960/index.html

Une devinette pour lancer le débat

L'Euro 2008 vient de se terminer avec la victoire de l'Espagne, saluée par toute la presse comme la victoire du beau jeu et de l'offensive. En effet, avant l'Espagne, d'autres équipes comme la Croatie, le Portugal, la Russie ou la Hollande, avaient été remarquées pour l'efficacité de leurs attaquants et la qualité du jeu produit. Et finalement le contraste est saisissant entre cette équipe d'Espagne, audacieuse, vive et technique, qui a marqué 12 buts en 6 matchs, et la triste équipe de Grèce, qui l'avait emporté en 2004 avec seulement 7 buts.

Une petite devinette au passage : au cours de cet Euro, 77 buts ont été marqués.

Combien avaient été marqués en 2004 et en 2000 ? (interdit de tricher en allant chercher la réponse ici ou là, mais je vous fais confiance).

La photo du gagnant sera mise en ligne s'il le souhaite et s'il nous la communique.

MAL

vendredi 27 juin 2008

Fabregas et Platini

Nous avons dit, répété et démontré, que le résultat final d'un match de football était soumis à des éléments indépendants de la qualité des joueurs et du coach. Est-ce à dire que tout n'est qu'aléa ?

Non, car les talents individuels existent tout de même, et peuvent s'exprimer sur la durée, pourvu qu'ils ne soient pas bridés par un arbitrage tendancieux ou un coaching imbécile.

Et Fabregas nous en donne un très bel exemple.

Benlosam avait déjà souligné, dans son billet "Fabregas et Pirès" du 12/06/08, l'excellente prestation de Fabregas contre la Russie (déjà ...). Il avait même évoqué une "réincarnation de Michel Platini". On sait que Benlosam ne recule pas devant une certaine forme d'outrance verbale, mais même sous sa plume, ce genre de compliment est très lourd de signification.

Et reconnaissons que le match d'hier lui a donné raison, mais peut-être plus sur le talent du joueur que sur la comparaison.

Lire la suite

jeudi 26 juin 2008

Le Loto Sportif ou une chance au tirage (de maillot)

Nous avons déjà abordé dans un billet d'une haute tenue ("Ce qui est arrivé devait-il arriver ?" du 14/06/08), l'aspect hasardeux du résultat d'un match de foot, et les quelques aléas qui présidaient à son issue finale. Les derniers matchs de cette compétition nous donnent l'occasion d'aller un peu plus loin dans l'étude de cet aléa central qu'est l'arbitre.

Sans oublier les aléas plus latéraux que sont les arbitres assistants.

Lire la suite

vendredi 20 juin 2008

Allemagne, Hubert, Alès

Mon ami Hubert, qui habite Alès, une très jolie ville des Cévennes (http://www.ville-ales.fr/) qui contient notamment le parc floral les Camellias de la Prairie, un superbe parc, qui, sur une superficie de 2 hectares, contient 200 variétés de camellias, soit près de 700 sujets, dont certains sont centenaires et uniques en France, est un grand supporter de l’équipe d’Allemagne.

On peut être étonné qu’un français soit supporter de l’Allemagne, mais il faut savoir que la mère d’Hubert est blonde et a une voix forte, et que son père a passé plusieurs week ends en Alsace pendant sa jeunesse.

Lire la suite

jeudi 19 juin 2008

Nécrologie de Domenech

Traditionnellement la mort de quelqu'un donne l'occasion à ses proches, ou aux journalistes s'il s'agit d'une personne publique, de le parer de toutes les vertus. Et ceux qui pourraient en dire du mal se retiennent (et comme ça fait longtemps qu'on n'a pas écrit quelques mots de latin sur ce site, allons-y : "De mortuis, nil nisi bonum" (des morts on ne dit que du bien)).

Domenech fait l'objet d'un traitement différent : depuis que sa mort est annoncée, c'est à celui qui lui crachera dessus avec le plus de virulence. D'autres l'avaient précédé dans ce rôle difficile (en particulier Roger Lemerre), mais je pense que nous avons là une sorte de record.

Or, en cherchant bien on peut trouver du bien à dire de Domenech. Pourvu que l'on s'intéresse à autre chose que sa manière de diriger l'Equipe de France, évidemment.

Lire la suite

Une seule question compte

Deschamps ? ou bien Blanc ? (ou bien Santini ? je crois qu'il est dispo; non, c'est une blague)

Lire la suite

mercredi 18 juin 2008

Oppositions scientifiques

Bien qu'il soit difficile d'analyser à chaud et dans la déception de la défaite, et aussi un peu dans la colère et la gueule de bois, On voit clairement que 2 thèses scientifiques s'affrontent (on pourrait dire : deux écoles)

Lire la suite

mardi 17 juin 2008

L'heure des pronostics !

(Roumanie excellente de nombreux qualificatifs me viennent à l'esprit lorsque je pense à cette équipe aucun ne s'approche de moins de 28 Milliards de kilo-mètres d'"excellent")

Trève de philosophies de comptoir messieurs, l'heure des pronostics est arrivée !

Fort de mon track-record impressionnant en la matière, je me lance le premier : - Pays-Bas - Roumanie : 0-0 - Fra - Italie : 1-0 (Fra qualifiée; c'est juste embêtant car sinon je pense Domenech dégage illico, là on en reprend pour 2 ans, mais bon, la patrie passe avant ces considérations; D. on peut toujours l'assassiner pour s'en débarrasser comme sélect national, comme Hillary Clinton pour Obama)

A vous !

Quoi faire en cas de nul à 15 secondes de la fin de France- Italie ?

Sachant que les Roumains ne battront pas les Pays-Bas

("excellente équipe de Roumanie" cher Benlosam ? tu dis bien ex-cel-len-te ? ça a le mérite d'être drôle)

Il suffit à l'une équipe (France ou Italie) de gagner son match pour passer. Rien ne justifie qu'il y ait nul à la fin du match. Donc : si il y a nul à 15 secondes de la fin, les 2 capitaines tirent à pile ou face et les 22 joueurs foncent marquer un but pour l'une ou l'autre des équipes désignée par ce tirage, se prennent tous par la main et se congratulent, en bénissant Dieu d'avoir empêché l'épouvantable Roumanie d'accéder au 2ème tour

(valable uniquement si il y a nul à 15 secondes de la fin)

Pirès

Dans une équipe qui doute, Pirès accentue le doute.

Lire la suite

Pourquoi il y aura un match nul ce soir entre la France et l’Italie et pourquoi la Roumanie va se qualifier, snif.

Si on regarde les 5 derniers Italie-France en match de compétition (1998, 2000, 2006, 2006, 2007), on s’aperçoit qu’il y a eu, dans le temps réglementaire, 4 matchs nuls (0-0, 1-1, 1-1, 0-0) et une victoire 3-1 pour la France, en août 2006, dans le premier match des éliminatoires de l’Euro, quelques semaines après la finale de la coupe du monde. Mais le match d’août 2006 doit être considéré comme une exception.

Govou sort le meilleur match de sa vie (avec le 3-0 de Lyon contre le Bayern, en 2002, je crois). Henry a ce soir là les jambes et la vista qui en faisaient un candidat au ballon d’or entre 2002 et 2006. Henry n’a pas retrouvé ce niveau phénoménal depuis deux ans, et on peut penser qu’il ne le retrouvera plus jamais car il n’a malheureusement plus les jambes. Il a alterné le catastrophique et le correct cette saison à Barcelone. On imagine mal ce soir Govou faire le troisième match de sa vie au niveau planétaire et Henry retrouver ce niveau soudainement.

Lire la suite

samedi 14 juin 2008

Ce qui est arrivé devait-il arriver ?

L'excellent Benlosam a déjà évoqué le Théorème de Lévy dans un de ses billets. Un peu trop compliqué à exposer ici, ce théorème a pour objet de dénoncer une analyse d'un match essentiellement basée sur le résultat, et non sur la prestation effective des joueurs. Nous y reviendrons, mais une autre fois.

Un corollaire de ce théorème vise à dénoncer le comportement qui consiste en gros à dire que ce qui est arrivé devait arriver.

Je m'explique : l'excellent Benlosam nous a dit, avec brio, que les Pays-Bas allaient battre la France, accordant à la France 10% de chances de gagner. A l'arrivée les Pays-Bas gagnent, il aurait donc beau jeu d'écrire qu'il l'avait bien dit. Le corollaire du théorème de Lévy compare ce comportement (virtuel) à celui d'un parieur qui se glorifierait d'avoir prévu les numéros du loto.

Ce n'est pas parce que c'est arrivé (le tirage du loto ou la victoire des Pays-Bas) que cela devait arriver. Et malgré l'ampleur du score, je pense que la France avait plus que 10% de chances de l'emporter. Peut-être pas 50% mais au moins 35%.

Lire la suite

vendredi 13 juin 2008

Invincible Croatie : Allemagne- Croatie, 1-2

Le football est un sport qui se joue à 11 et où la Croatie gagne toujours à la fin. Vous vous souvenez sûrement de cette citation de Gary Lineker, que je déforme très légèrement. Elle a pris tout son sens hier avec la victoire 2-1 de la Croatie sur l’Allemagne.
La Croatie a une fois encore hier fait preuve de son style si particulier : des joueurs très techniques, un jeu à court à terre, une impression de facilité et de lenteur, associés à une puissance physique impressionnante, et pourtant malgré cette apparente lenteur, les défenses adverses cèdent comme du beurre, en deux passes les croates sont dans la surface adverse sans qu’on comprenne vraiment pourquoi cela a l’air si facile.
On est toujours surpris avec cette équipe, on la sous-estime toujours. Rappelons-nous du 3-0 en 1998 contre l’Allemagne, à une époque où seuls 16 petites années nous séparaient de l’injustice de Séville, à une époque où les deux têtes de Zidane n'avaient pas encore eu lieu, à 10 jours près, et n’avaient pas encore cicatrisé notre blessure de Séville en juillet 1982. Souvenons-nous notre joie mauvaise ce jour là face à la déroute allemande. (Il est vrai que l’arbitrage avait évolué depuis 1982, et qu’un défenseur allemand jouant au PSG avait été expulsé à la 30ème minute (à 0-0) pour un tacle par derrière. En 1982, l’arbitre l’aurait félicité et lui aurait remis une médaille pour le même geste, car à l’époque régnait le double standard dans l’arbitrage : on arbitrait selon la nationalité. L’allemand était « rugueux », et donc un tacle allemand les deux pieds dans les genoux adverses était licite, tandis que le même par un français, c’était coup franc et un jaune. L’Italien était « joueur », et donc les tricheries et tirages de maillot répétées de Gentile en 1982 n’ont jamais été sanctionnés, l’Italie a été championne du monde, les mêmes gestes d’un brésilien étaient sanctionnés sévèrement.)

Lire la suite

Les français n’ont jamais mérité leur équipe de football (sauf peut-être de 1987 à 1990 ou de 1970 à 1976) ou pourquoi les français jouent toujours à l’extérieur ? (Et accessoirement : pourquoi la Hollande va-t-elle gagner ce soir ?)

Comme je le dis dans une autre contribution, le public du stade de France est le plus mauvais public au monde. On dit souvent, pour être gentil, que c’est à cause des « loges », trop nombreuses, les « costumes cravates » n’étant pas de bons supporters. Mais il faut aller plus loin, car ce n’est pas la vraie explication. La vraie explication est plus triste : les français n’aiment pas le football et ce sont les plus mauvais supporters au monde. En voici la démonstration.

D’abord le public était fantastique au stade de France lors de France-Ecosse (0-1) en 2007. Pourtant, il y avait tout autant de loges. Mais si le public était si extraordinaire, c’est parce qu’il était ECOSSAIS et pas FRANCAIS. De même il y a des loges à Old Trafford et aux Emirates, et même si l’ambiance n’est pas aussi qu’extraordinaire qu’à Anfield, ce sont des publics de football. Rien à voir avec le stade de France.

Quelles sont les différences entre un public de football et celui du stade de France ? Les chants, les sifflets et le nombre.

Lire la suite

jeudi 12 juin 2008

Fabrégas et Pirès

La merveille de Fabregas.
Avez-vous vu la passe de Fabregas à Villa sur le troisième but espagnol de l’Espagne-Russie ? Une merveille de simplicité, précision, beauté, intelligence. Un peu une réincarnation de Michel Platini. Légèrement devant, latérale, entre deux russes, et Villa comme par magie se retrouve seul, crochète le défenseur en le prenant à contre-pied puisque celui-ci revient de derrière lui, et marque.
Je me souviens de passes de ce niveau lors de la saison 2005/2006 d’Arsenal. Elles étaient l’oeuvre d’un certain Robert, Pirès de son nom, injustement traîné dans la boue par Delio Onnis, qui a dit publiquement et à plusieurs reprises que le pauvre Robert était responsable de l’élimination de la France en 2004 parce qu’il passait plus de temps à penser à sa coiffure qu’à jouer. C’est injuste. Tout le monde sait que c’est Trézéguet et l’obstination de Santini à le titulariser d’entrée contre la Grèce après 3 matchs calamiteux, où il a juste servi à empêcher Henry de jouer à son poste, qui ont éliminé la France. Ce sont des faits historiques bien documentés, ce n’est pas mon opinion personnelle.

Pirès qui ne savait que percuter en début de carrière est devenu à Arsenal un passeur d’exception avec des passes décisives à 20 ou 30 mètres. Des passes simples, à raz de terre, précises au millimètre près, et vous ne saviez pas pourquoi ni comment, mais Henry arrivait exactement à la seconde près et sans contrôle, frappait directement et hop, but. Simple, mais génial.
Pirès outragé, Pirès brisé, Pirès martyrisé par Domenech, mais Pirès libéré, avait largement sa place dans la liste des 23 en 2006 et l’a encore sans aucun doute, malgré son grand âge, en 2008, mais cette fois plus grâce à la faiblesse de cette liste, car, à presque 45 ans, soit seulement 5 ans de moins que Thuram, il est un peu vieillissant. Il sort quand même d’une très bonne saison en Espagne, et apporterait certainement quelque chose quand on voit que les autres milieux français sont incapables de réussir une passe latérale à 10 mètres, et n’essayent pas de passe décisive vers l’avant (je crois qu’ils ne savent même pas ce que c’est).
Il faut arrêter de dire que la France a un super effectif. L’effectif français est constitué de remplaçants dans les grands clubs et de joueurs de ligue 1. Rien à voir avec l’effectif du Portugal et de l’Espagne.

mercredi 11 juin 2008

Comment parler foot à la cafet ?

Un lecteur nous a envoyé l’appel suivant :
Je ne connais rien au foot. Ma spécialité c’est la moto, mais ça n’intéresse personne. J’aimerais pouvoir participer aux conversations de mes collègues au café. Pourriez-vous me donner quelques éléments ?

Cher et fidèle lecteur, nous allons t’aider.

Pour participer dignement à une conversation sur le foot, il faut d'abord émettre un avis tranché (Domenech est un crétin, Henry est fini, Ribéry est un génie …). Et il faut ensuite savoir répondre aux objections qu’on va recevoir. C’est ce « Oui mais » qui permet de ne pas se faire clouer le bec par le premier qui s’y connaît un peu.

Exemple : tu dis « Domenech est un crétin », on te répond « Il nous a quand même emmenés en finale de Coupe du Monde », et là tu sors : « Oui mais c’est Zizou qui a tout fait, et en finale son coaching a été catastrophique. » Ici tu ne seras pas contredit : en France il est interdit de minimiser les mérites de Zidane. Et le coaching de Domenech a effectivement été catastrophique en finale.

C’est gagné, tu as donné l’illusion d’une certaine culture, tu es admis dans le débat. Ensuite il suffit juste de ne pas dire de conneries trop évidentes et surtout d’avoir un discours simpliste et sans nuance.

Lire la suite

Merci les Grecs

Mon commentaire sur France-Roumanie : beau match, rien à dire. Avec Domenech sur le banc, c'est le mieux que tu puisses faire en ouverture. On sort les 2 attaquants face à une équipe qui joue le 7-3-0. Dommage qu'on n'ait pas obtenu un péno, Ribéry l'aurait sans doute mis.

Même des incompétents patentés (Thierry Roland) trouvent qu'on n'a pas bien joué, qu'entre l'Allemagne et la France ou la Roumanie il y a un monde. Mais N'oublions pas, en jouant pas mieux que ça, on a été en finale de la cm. C'est notre jeu, et on doit en être fiers.

Heureusement, avec les grecs on a une équipe qui joue plus mal que l'équipe de France de Domenech. Ce qui n'est pas évident ! Ils y arrivent. Domenech n'a pas le jeu le plus pourri des 16 équipes de l'Euro. Il est 15ème. Les grecs sont 16èmes.

Delio

mardi 10 juin 2008

Après Hollande-Italie et France-Roumanie

Au vu du match Hollande-Italie, il faut une fois de plus se méfier des commentaires du résultat, classiques, qui suivent (le Hollande fantastique, l'Italie nulle). Le théorème de Lévy s'applique encore une fois.

En réalité, sans la grosse faute d'arbitrage sur le premier but, il n'y a pas de second et de troisième but. En seconde mi-temps, les italiens essayent d'attaquer à 7 et laissent des trous, d'où l'impression visuelle que les hollandais sont des génies de l'attaque. Enfin, l'Italie a eu beaucoup d'occasions, a en fait assez bien combiné devant y compris dans la surface, Del Piero et Grosso se sont mis en position de marquer dans la surface mais n'ont pas concrétisé.

Conclusion : je pense que les français ont plus de chances de battre la Hollande que de battre l'Italie (10% contre 0%).

Lire la suite

Pour clore le débat sur l'Equipe de France

Ecrit le 28 mai.

Voici une analyse objective et détaillée pour clore définitivement le débat.
Boumsong n'a jamais été titulaire dans aucun club. Ce n'est pas un joueur de foot. Il serait très bon au ping-pong, parait-il.
Clerc est une énigme pour tout le monde, comment un joueur aussi mauvais techniquement et physiquement peut-il avoir autant de sélections?
Squilacci fait une ou deux grosses erreurs par match.
Thuram est une légende, mais il fait la saison de trop. Il est beaucoup plus loin du haut niveau que ne l'était le très critiqué Desailly en 2004. C'est plutôt Djorkaeff en 2002.
Vieira est fantastique, mais n'a pas réussi à jouer à son niveau plus de 30 minutes depuis 1 an et demie.
Sagnol a fait deux matchs cette année, et il les a ratés.

Lire la suite


Fatal error: Undefined class name 'bbclone' in /home/pantheon/www/themes/default/template.php on line 126