Le Panthéon ce sont avant tout six défaites consécutives pour ce début de saison, avec rarement moins de 6 buts encaissés par match. Le Panthéon c’est surtout cette défaite contre Bondy où nous menions 4-1 à la mi-temps avant de nous incliner 4-6. Et pourtant nous aurions bien aimé avoir rebondi contre Bondy …

Le Panthéon c’est aussi ce match nul arraché après cette série, 2-2. Le Panthéon c’est surtout, sur une remise en jeu à la hauteur des 18 mètres adverses, annoncée par l’arbitre comme la dernière action de ce match, Beko qui au lieu de mettre le danger devant les buts smashe une tête directement en sortie de but. Il croyait qu’on menait 2-1.

Mais le Panthéon c’est aussi une victoire ensuite, par 5 buts à 1, qui prouve que tout peut arriver dans le football.

Pour finir sur les résultats sportifs, le Panthéon c’est de nouveau une défaite, la plus belle de cette première moitié de saison, par 8 à 0, suivie d’énormes rigolades sous la douche. Normal, c’est de nouveau la période défaite.

Le Panthéon ce sont ces joueurs qui viennent sans leurs chaussettes, sans leur short, avec le maillot de la mauvaise couleur, ou qui repartent en oubliant dans les vestiaires une écharpe, un pantalon, une ou deux chaussures et jusqu’à un ordinateur. C’est aussi Ghislain qui ne prend pas le temps de se changer avant de rentrer chez lui et embarque dans ses affaires le pantalon de Pierre en plus du sien. Il est vrai qu’il venait déjà de se prendre une veste …

Le Panthéon c’est un effectif qui de 17 à dimanche soir se réduit finalement à 13 pour le match (dont un blessé).

Le Panthéon c’est un nouvel arrivant qui se fonde dans le moule du club avant même d'en faire partie en mettant un mois et demi à transmettre sa demande de licence après l’avoir remplie.

Le Panthéon FC c’est tout ça, et c’est bien plus encore.

Mais on ne peut pas tout dire ici.
Certaines de nos femmes lisent ce blog.