En effet ce fut bien une défaite (6-4) mais elle est très encourageante : nos défauts habituels sont encore là, mais on sent le sursaut qui pourrait permettre de les corriger.

Au niveau des effectifs pour commencer. Selon le décompte effectué dimanche nous étions 14. Malheureusement une grippe et un torticolis nous ramenèrent à 12 lundi matin. Cela devenait d’autant plus tendu que notre valeureux gardien, légèrement blessé à la main, devait jouer dans le champ. Or il ne peut pas tenir plus de 10 minutes le rythme effréné imposé par notre niveau de jeu. Nous avons donc fait appel au jeune Laurent, que nous appellerons dorénavant Lorenzaccio (à distinguer de Laurent le Thuram blanc) pour compléter (et même rajeunir) notre effectif.

13 cela semblait convenable mais une heure avant le coup d’envoi Ludo déclarait que son état ne lui permettrait pas d’être des nôtres. A ce stade nous pouvons dire que ce sont bien les traditionnels défauts du Panthéon qui s’exprimaient, avec des défections en cascade, certaines annoncées assez tôt mais d’autres un peu plus tard.

Vint alors le premier sursaut. Un appel mobilisateur de notre valeureux président donna à Ludo l’occasion d’exprimer son courage et son attachement au club. Il s’extirpa de son lit (où l’avait cantonné la maladie et non pas la gaudriole, je le précise) et réussit à se trainer jusqu’au stade. Il joua ensuite toute une mi-temps avec un entrain et un engagement qui ne laissaient rien deviner de son état. Ce n’est qu’à la mi-temps qu’il s’effondra et préféra rentrer chez lui.

Ce départ était rendu possible par la deuxième expression de notre sursaut : l’arrivé de Gattuso. Ne pouvant pas arriver à l’heure il avait officiellement renoncé à prendre une place sur le terrain mais il est quand même venu se joindre à nous. Par précaution il avait pris son équipement et il a donc pu entrer en jeu et tenir son poste pendant toute la deuxième période.

Pour finir sur les effectifs, signalons la présence dans les buts d’un autre petit nouveau, Elie, en remplacement de notre valeureux gardien indisponible à ce poste. Bien que nouveau dans le club, Elie en a vite adopté les traditions. Ainsi lundi il a annoncé son arrivée pour une demi-heure avant le coup d’envoi mais a trouvé le moyen de mettre 25 minutes entre la sortie du métro et le stade. Il avait déjà fait pareil pour son premier match avec nous lundi dernier. Mais il progresse et cette semaine il ne lui manquait dans son équipement que sa serviette de toilette.

Avec Elie et Lorenzo nous avons deux recrues dont l’excellent état d’esprit est en parfaite harmonie avec celui de tous nos coéquipiers, qui les ont d’ailleurs accueillis très chaleureusement. Ajoutons que leurs performances sur le terrain furent très appréciées. Lorenzo fut déterminant en attaque et la prestation d'Elie dans les buts fut excellente, même si le score ne l'exprime pas clairement (mais nous savons l'ingratitude de ce poste).

L’évolution du score exprime aussi nos défauts traditionnels avant de montrer l’espoir d’une amélioration.

Nous avons très bien tenu pendant la majeure partie de la première mi-temps et avons même ouvert le score. Mais nous n’avons pas mené longtemps : ils ont égalisé presque dans la foulée puis ont marqué assez rapidement un deuxième puis un troisième but. La mi-temps était donc sifflée sur le score de 3-1 pour eux.

La deuxième mi-temps a débuté aussi difficilement que la première avait fini et après un quart d’heure nous étions menés 6 à 1. A ce moment de la partie le score était tout à fait en ligne avec les matchs précédents. Mais c’est alors que survint notre sursaut collectif. La défense est devenue plus solide et les attaquants ont pu exprimer leur efficacité. Nous sommes ainsi progressivement revenus au score et l’extinction des lumières est intervenue sur le score de 6-4. Un résultat très honorable et qui laisse surtout espérer une évolution encore plus positive pour le prochain match, qui sera donc marqué par notre première victoire de la saison.

A signaler aussi que notre capitaine chinois a mis en place un schéma tactique délibérément révolutionnaire et à qui nous devons sans doute ce bon résultat. Mais je n’ai rien compris donc j’ai du mal à en parler.