Il faut en effet garder à l’esprit que cette équipe n’existe que parce que certains membres consacrent pas mal de temps et d’énergie à son fonctionnement, en dehors des heures de match. En plus des opérations annuelles (inscription, réunions, cotisations, licences), il y a toute la gestion au cours de l’année (feuille de match, ballons, gestion des effectifs, convocations, échanges avec les adversaires et la ligue …). Ensuite, sur le terrain, chacun fait ce qu’il peut. Nous ne sommes pas tous égaux devant un ballon, certains sont plus habiles ou plus costauds que d'autres, mais nous sommes d’accord pour dire que chacun doit donner le maximum pour l’équipe. Et je crois que nous sommes aussi d’accord pour dire qu'effectivement chacun donne le maximum (même si c'est parfois trop peu). C’est ça une équipe.

Si je m’énerve contre quelqu’un qui m’a marché sur les pieds dans le métro, ça me regarde. Mais quand je suis en train de jouer pour une équipe et que j’ai son maillot sur le dos, les choses sont différentes. Si je prends un carton jaune, ou un rouge, c’est toute l’équipe qui est pénalisée. Si je hurle des insultes sur l’arbitre, c’est toute l’équipe qui devient malpolie. Et si je continue à lui crier dessus après le match, en m’approchant tellement de lui qu’il ne peut plus avancer et qu’il ressent une menace physique, la honte rejaillit sur toute l’équipe.

Lundi soir, ceux qui portaient le maillot du Panthéon FC pouvaient avoir honte du comportement de certains d'entre eux, et le plaisir du match en a été complètement gommé. Et ceux qui avaient, comme toutes les semaines, passé du temps à envoyer des sms, à remplir la feuille de match, à s’occuper des licences, ceux-là avaient encore plus les boules que les autres.

Certains de ceux qui ont protesté contre l’arbitrage disent que c’est inacceptable d’avoir un arbitre aussi nul, ou même injuste. Je ne pense pas que le terme « inacceptable » soit le bon. Les arbitres nuls, c’est comme les tremblements de terre, on n’y peut pas grand-chose. Cela fait partie de notre monde, qui n’est pas un monde parfait. Fort heureusement, dans notre cas, l’arbitre ne nous a pas fait perdre la finale de la Coupe du Monde. Il nous a fait perdre un match de football loisir, contre une équipe presque aussi mauvaise que nous, et nous a fait passer d’avant-avant-dernier à avant-dernier. C’est embêtant, c’est pénible, ce n’est pas grave.

J’ajoute que dans le cas présent, lui hurler dessus comme certains l’ont fait n’a pas rendu le monde meilleur. Cela nous a simplement discrédités un peu plus vis-à-vis de lui, et accessoirement vis-à-vis des adversaires. Sans parler des joueurs de frisbee. Ce que nous pouvons faire d’un peu utile, c’est protester auprès de la ligue, et nous allons le faire suite aux remarques que nous avons notées sur la feuille de match. Mais nous ne serons sûrement pas dans une position facile, en représentant un club dont plusieurs joueurs ont eu un comportement inacceptable.

Je comprends la frustration de ceux qui sont victimes de l’injustice, je l’ai moi-même ressentie parfois. Il m’est d’ailleurs arrivé de râler assez fort pendant un match, sur les adversaires ou sur l’arbitre. Mais il y a des limites à ne pas dépasser pendant le match, et surtout après. Une fois donné le coup de sifflet final, le calme doit revenir, la raison doit reprendre le dessus, et chacun doit être capable de se maîtriser, sachant que sinon c’est l’équipe dans son entier qui risque d’en payer le prix.

Certains se donnent du mal pour l’équipe, il n’est pas normal que d’autres agissent contre, par manque de self contrôle.

Pour éviter que cela ne se reproduise, le Comité de Direction va mettre le sujet à l’ordre du jour de sa prochaine réunion, et des sanctions vont être envisagées à l’encontre de ceux qui se prennent des cartons, ou dont le comportement est indigne des valeurs humanistes auxquelles le Panthéon FC est attaché.

Juste pour info, nous avons perdu contre la sympathique équipe de Bourg la Reine, 3 à 0. Sans vouloir leur manquer de respect ils n'ont pas joué à un niveau extraordinaire, mais leur victoire est méritée. On a juste été moins bons qu'eux, et on s'est un peu désunis vers la fin, comme vous l'aurez compris.