A souligner avant tout une bonne organisation de notre équipe, avec des changements qui se sont déroulés dans l’harmonie, et un engagement de chacun. Notons aussi un arbitrage très correct, que nous n’avons jamais contesté, même quand Anis s’est vu refuser un but splendide, sur un hors-jeu qui n’y était pas vraiment. Enfin des adversaires très fair play, ce qui est agréable compte tenu que ce sont désormais nos "conjoints".

Nos deux buts ont été marqués par Karim, d'un superbe tir assez lointain, et par Yann, d'un très beau coup franc direct. Un mot sur notre valeureux gardien pour signaler qu’il a décidé de prendre modèle sur Hugo Lloris. Mais il n’est arrivé à reproduire du gardien international que l’intervention malheureuse sur un tir au premier poteau (pour ceux qui ont vu le but de Pastore dimanche dernier).

Nous avons tous fait le maximum, mais nos adversaires avaient de très bons joueurs, leurs attaquants étaient rapides et précis, en particulier leur numéro 10, qui a beaucoup semé le trouble dans notre défense pourtant déterminée. Au cours des commentaires d’après match, qui comme convenu ont été effectués dans les vestiaires et non pas sur le terrain pendant le match, certains ont mentionné ce numéro 10 comme ayant été décisif pour l’issue de la rencontre. Pour exprimer qu’il y aurait toujours, dans chaque équipe que nous rencontrerions, un joueur ainsi décisif, notre poète dictateur a alors eu cette phrase : « Il y a toujours un numéro 10. La semaine dernière c’était le 11 ».

Et il faut bien reconnaître que c’est pas faux.