C'est le coeur brisé que notre valeureux gardien a dû quitter le terrain à la mi-temps, pour répondre à des obligations incontournables. Le score était alors de 0 à 0, malgré une domination assez nette de nos adversaires sur la première mi-temps.

Le temps pour lui de se changer et de ramener la clé du vestiaire à ses coéquipiers, le Panthéon était mené 2-0. Il doit bien y avoir une explication. Cet étonnant retournement de situation est-il lié à des conditions de jeu asymétriques ? Fort vent axial, terrain en pente ? Ou les adversaires ont-ils décrypté notre jeu et su exploiter nos failles ? Certains d’entre nous ont-ils absorbé des substances pendant la pause ?

Il y a de quoi s’interroger. Nous comptons sur les témoins pour nous éclairer.