On se souvient que mon ami Hubert, d’Alès, est le seul supporter français de l’équipe d’Allemagne.

On comprendra pourquoi en lisant ce papier de l’Euro 2008 : http://www.pantheonfc.fr/index.php/2008/06/20/329-allemagne-hubert-ales

Figurez-vous qu’Hubert n’est plus seul du tout.

Des millions de français, enthousiasmés par le jeu brillant de l’Allemagne, rejoignent Hubert dans son fan club. On signale des manifestations de supporters français aux couleurs de l’Allemagne, déguisés pour l’occasion, avec une moustache blonde, une chope de bière et les cheveux longs sur l’arrière de la tête et courts sur les côtés, à Strasbourg, Alès, Nancy, Colmar, Lunéville, mais aussi à Brest, Pointe-à-Pitre et Nouméa.

Franchement, cela n’a rien de surprenant après la magnifique victoire 4-0 contre l’Argentine. Des buts sublimes, comme ce quatrième but où Ozil dépose le ballon sur le pied de Klose. Une équipe fair play, qui ne fait pas de fautes violentes comme dans le passé, qui ne triche pas, ne simule pas. Bref, rien à voir avec la Hollande de l’infâme Van Bommel, l’Espagne du simulateur cynique Busquets, encore moins avec l’Uruguay de Suarez, l’avant-centre goal volant.

L’Allemagne a bénéficié d’une énorme erreur d’arbitrage en huitième contre l’Angleterre avec le superbe but de Lampard refusé, mais elle sera privée de son meilleur joueur en demi-finale. Le jeune et brillant Müller a pris un deuxième carton jaune contre l’Argentine, pour, eh bien, rien, puisqu’il n’y avait rien (main involontaire collée au corps). Mais les argentins ont réclamé la faute puis le carton. L’arbitre, conformément aux consignes de la FIFA, qui demande que les arbitres fassent toujours ce que les équipes de tricheurs leur demandent, n’avait donc d’autre choix que de sanctionner Müller. Müller prend finalement un match de suspension, comme Suarez, le tricheur, selon la logique de la FIFA, qui, comme chacun sait, est une logique difficile à comprendre, car elle obéit à quelque chose de beaucoup plus grand et noble, que nous ne pouvons voir, nous, simples êtres humains.

L’Allemagne plait. Le chef des footbatallogues, Bixente Lizarazu, a d’ailleurs dit que la jeunesse et l’inexpérience de cette équipe, que l’on pensait être un handicap, s’avèrent être un avantage. Soyons certains que lorsque l’Allemagne perdra, Liza nous dira que finalement, le manque d’expérience a parlé. Car les footbatallogues, comme les économistes, justifient toujours le résultat, quel qu’il soit, avec une rationalisation absurde, sans tenir compte des vraies causes qui sont bien évidemment : le hasard le plus total, l’arbitrage aléatoire, une motte de terre.

L’Allemagne plait aussi parce qu’elle a retenu les erreurs du passé et cherche à améliorer son image : des monuments en souvenir du massacre de Séville ont été inaugurés à Dresde, Francfort, Berlin, et sont dédiés à Battiston, de plus, pour éviter que l’image internationale de l’Allemagne soit de nouveau brisée pour vingt ans, comme cela avait été le cas avec la coupe de cheveux de Rudi Völler, un coiffeur français a été embauché dans le staff. (Rudi Völler disait récemment qu’il se demande encore, vingt ans après, pourquoi Rijkaard lui avait craché dessus. Apparemment, personne ne lui a dit la vérité, c'est-à-dire qu’il s’agissait d’une légitime protestation contre sa coiffure).

Devant le succès de son opération séduction, l’Allemagne veut aller plus loin et envisage pour la coupe du monde 2014 la suppression des trémas sur les lettres, voire même, la suppression de l’allemand et son remplacement par une grande langue internationale poétique comme le français.

Les français aiment aussi l’Allemagne de 2010 parce qu’elle leur rappelle la France de 1998, et même celle de 1958. Comme la France de 1958, elle a su profiter de la qualité de la Pologne, ce grand pays européen, redevenu aujourd’hui (presque) ami avec l’Allemagne, en naturalisant les meilleurs footballeurs polonais. Et cette équipe d’Allemagne est moins blonde qu’auparavant, comme la France de 1998, avec des joueurs originaires d’Afrique et de Turquie parmi ses joueurs majeurs. Du coup, nous pouvons continuer à débiter des banalités démagogiques politiquement correctes, en nous félicitant des bienfaits de la diversité, à propos de l'équipe d'Allemagne, puisque nous ne pouvons manifestement plus le faire avec l’équipe de France*.

En plus, il faut bien reconnaitre qu’Angela Merkel ressemble énormément à Jacques Chirac.

Le théorème de Lineker sera invalidé.

Vous connaissez tous le théorème de Gary Lineker, ce grand joueur anglais, devenu un excellent présentateur et animateur de la BBC. L’absence de publicité et le leadership de Lineker favorisent les vraies discussions, les analyses, avec une grande qualité factuelle, et peu de concessions à l’idéologie lizarazienne dominante. Sur son plateau, il a par exemple été dit et démontré par l’image que le premier but sud-africain contre la France n’était pas valable car marqué du bras, et que l’expulsion de Gourcuff était « a disgrace », choses qu’on n’a pas beaucoup lues et entendues dans la France Lizarazienne.

Après la défaite anglaise de 1990, en demi-finale, contre l’Allemagne, après ce dernier pénalty du magnifique Chris Waddle, dont le ballon est parti très haut dans le ciel, un ballon dont les anglais attendent toujours le retour dans l’atmosphère, Chris Waddle, ce joueur magique, dont la femme était d’une laideur fascinante, d’une laideur vraie, la laideur des vrais gens, c’était une autre époque, une époque de vrais footballeurs, épousant de vraies femmes, vilaines, avec des coupes de cheveux immondes en forme de laine de mouton, une époque bien sympathique, après ce pénalty, donc, Gary Lineker avait déclaré « le football est un jeu qui se joue à 11, et à la fin c’est l’Allemagne qui gagne ».

Or, en 2010, l’Allemagne est une équipe merveilleuse, et elle mérite largement de gagner cette coupe du monde, elle développe le plus beau jeu, ne triche pas, respecte l’esprit du jeu.

Donc, en 2010, l’Allemagne n’a aucune chance de gagner.

Car il s’agit ici de football, et la FIFA veille. Si une équipe qui le mérite gagnait la coupe du monde, cela pourrait créer un précédent, et la nature du jeu pourrait être dénaturée. De vastes conséquences négatives seraient alors à craindre, avec notamment, catastrophe planétaire, une possible mise en cause de la légitimité de Sepp Blatter comme président de la FIFA.

On peut donc être certain qu’une décision d’arbitrage absurde éliminera l’Allemagne en demi ou en finale, pour éviter le scandale du beau jeu et du fair play gagnants. Le théorème de Lineker sera invalidé avant dimanche prochain.

  • Je trouve tout aussi absurde de chanter les louanges de la société multi culturelle lorsqu'une équipe de football gagne, que d'expliquer le contraire lorsqu'elle perd. On a pourtant ici un vrai débat fondamental (qui n'est pas celui de ce forum), mais si on n’a pas d’autres arguments que les résultats aléatoires d’une équipe de football, il vaut mieux parler d’autre chose, par exemple d’astrologie, ou de numérologie, ces deux sciences infiniment respectables, qui, avec l’homéopathie, expliquent la sélection de Govou et Anelka en équipe de France.