Des muscles luisants,
Polis par les entrainements,
Honore notre blason,
Les litres de sueur
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de bison,
Les riches échanges,
Les contrôles étranges,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l'âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n'est que sport et brutalité,
Luxe, calme et arbitre torché.

Vois sur ces terrains
S’affronter les techniciens
Dont les cris grondent;
C'est pour assouvir
Leurs désirs
Qu'ils jouent leur Coupe du Monde.
Au soleil couchant
Revêtent leurs maillots moulants,
Les défenseurs, l’équipe entière,
Par amour, ce sport,
Transforme les amateurs en ballon d’or
Dans une chaude lumière.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.