Manque de lumière sur le terrain également. En effet, l’état du projecteur sud-est, défaillant depuis déjà quelques mois, semble s’être aggravé et propagé au projecteur qui lui fait face (sud-ouest), ce qui vaut à la surface de réparation du côté Boulevard Ney d’être plongée dans une semi-pénombre.

De manière évidente, cette semi-pénombre handicape avant tout la défense, et plus spécifiquement le gardien de but. Sa vocation est de s’interposer face à un ballon en mouvement rapide, et les ténèbres ne lui permettent pas de lire sa trajectoire avec la même précision qu’en pleine lumière.

Ayant anticipé ce handicap, nous avons choisi de l’affronter en première mi-temps. Et de fait, sur les trois buts encaissés dans le côté obscur, on peut considérer que notre valeureux gardien en aurait sans doute arrêté un (peut-être même deux diront ses admirateurs) avec un éclairage plus satisfaisant. 3-0 contre nous à la mi-temps.

Heureusement, notre calcul se révéla judicieux, et nos attaquants surent profiter de l’ombre dans laquelle ils agissaient en deuxième mi-temps pour marquer enfin, pendant que les défenseurs, maintenant dans la lumière, gagnaient également en efficacité. Bref, score final, 3-3, grâce à deux buts de Damien et un de Karim.

A noter que Damien marqua le troisième but après une superbe action dans la surface, sur un ballon expédié par notre valeureux gardien. Techniquement il s’agit donc d’une passe décisive pour celui-ci. Nous ne pouvions pas ne pas le mentionner.

Match nul donc, qui en laissait certains sur leur faim tant notre domination en deuxième mi-temps aurait pu nous permettre d’en marquer plus, mais qui nous rendait tout de même joyeux compte tenu de l’évolution du score.

Et Pierre me direz-vous, que vient-il fait dans tout cela ?

Rien justement puisqu’il n’était pas là.

Mais son absence méritait d'être évoquée puisque c'est le premier match qu'il manque depuis deux saisons.