Malgré nos efforts, et des occasions relativement nettes, il ne nous fut pas possible de revenir au score, et sur une de leurs nombreuses attaques, ils marquaient un deuxième but vers la fin de la deuxième mi-temps. Ce fut ce moment que choisit Damien pour répondre à une remarque maladroite émise avant le début du match concernant son replacement défensif, en marquant notre unique but de la partie, suite à une tête de Miloslav sur la barre (la deuxième de suite, série en cours). Score final : défaite 2 à 1.

Certains seraient tentés de se dire qu'avec un but encaissé de moins, nous aurions pu prétendre au match nul. Et certes l'arithmétique semble de leur côté. Notons tout de même que nos adversaires ont plutôt mené les débats, que si nous nous sommes créé des occasions, leurs attaquants étaient toujours dangereux, et qu'au vu de la physionomie du match, leur victoire n'est pas usurpée.

Soulignons aussi l'excellent état d'esprit qui régnait, malgré, ou grâce à, l'absence d'arbitre.

Ce compte-rendu ne serait pas complet sans un mot sur un événement extra-sportif : le mystère du mec en bleu.

Un mec, un vieux en bleu pour faire rapide, avait sollicité les premiers arrivés pour compléter éventuellement notre effectif. Nous étions finalement assez nombreux, et il n'avait pas l'air très vaillant, il resta donc sur la touche. En début de deuxième mi-temps, il se postionna à côté de notre but, et échangea quelques mots avec notre valeureux gardien. Après quelques minutes, notre gardien constata le départ du mec en bleu. Méfiant par fonction, il prit la peine de vérifier si la clé du vestiaire était toujours au fond du but, sur le tas de vêtement où il l'avait posée : il ne la trouva pas. Difficile toutefois d'être catégorique sur sa disparition en fouillant rapidement, dans la pénombre et entre deux actions. Il hésita donc à arrêter le match pour ce qui n'était encore qu'un soupçon, et demanda à Romain, alors remplaçant, d'aller voir ce qui se passait dans le vestiaire. Après avoir joué les ambulanciers il y a quelques semaines lors de la blessure de Laurent, Romain accepta cette fois de faire le gendarme. Sur son chemin au vestiaire il croisa le mec en bleu, qui lui dit aller fumer une clope, et il constata ensuite que le vestiaire était ouvert. On ne revit plus le mec en bleu.

Il fallut attendre la fin du match pour faire les constatations : vérification faite, rien ne manquait à aucun d'entre nous. Ou disons rien dont la disparition fût avouable.

Et pourtant la clé a bien disparu et le vestiaire, que nous avions fermé, était bien ouvert. Telles sont les données du mystère du mec en bleu.

Par ailleurs, j'ai enregistré les cotisations de Romain, Olivier et Laurent. Pour info, c'est 40 euros, en espèces ou en chèque à mon nom.