Sans arbitre, chacun se sent un peu responsable du respect des règles, l'objectif étant de maintenir une ambiance acceptable. Quand il y en a un, c'est lui qui décide, et l'objectif, pour certains, devient alors simplement d'obtenir de sa part des décisions favorables. Le joueur peu scrupuleux se retranche derrière l'arbitre, l'arbitre se retranche derrière la règle, et la morale n'est plus.

Quand, en plus, cet arbitre est soit un imbécile soit un @$# !§ on peut tomber dans le grotesque.

Ce qui fut fait en l'espace de quelques secondes à la fin de la première mi-temps.

Pour être précis, pas tout à fait à la fin de la mi-temps, et c'est là le problème.

Nous avions eu le grand mérite de préserver le 0-0. L'incident se produisit lorsque notre juge assistant, Damien, déclara "C'est la mi-temps !" Le croyant sur parole, Laurent attrapa le ballon à la main pour mettre fin au jeu. L'arbitre consulta sa montre, constata qu'il restait encore 2 minutes, et siffla coup franc. Il aurait pu ordonner une balle à terre, faire refaire le dégagement aux 6 mètres qui venait juste de précéder, mais non.

Coup franc.

Et contre toute attente, ils décidèrent de le jouer. Décision à mon avis stupéfiante. Cela n'aurait peut-être pas eu de conséquences si leur tireur n'avait tiré alors que notre valeureux gardien était en train de placer son mur. Il était donc précisément au premier poteau lorsque le ballon partit vers le deuxième.

But.

L'arbitre avait-il sifflé ou non avant que le joueur ne tire, les avis divergent sur ce point. Mais, qu'il ait sifflé alors que nous n'étions pas placés, ou qu'il ait validé le but alors qu'il n'avait pas sifflé, c'est un @$# !§ tout pareil.

La mi-temps intervint là-dessus (finalement ...), et Jérôme ne reprit pas le jeu, ne supportant pas cette infamie (je ne reprends pas précisément ses mots). Comme en plus Christophe s'était blessé, nous nous sommes donc retrouvés à tout juste 11. Ce qui est bien dommage, parce qu'un peu de fraîcheur physique n'aurait pas été de trop au cours de la deuxième mi-temps. Toutefois nous n'invoquerons pas cette excuse pour leur deuxième but, intervenu sur le coup d'envoi.

Le fautif est surtout notre placement. Plusieurs joueurs se proposèrent pour remplacer Jérôme. Par modestie chacun considéra qu'il n'y arriverait pas seul, ils s'y mirent donc à plusieurs, d'où un léger déficit au milieu.

Une vive mise au point après ce but remédia au problème.

Ce qui ne nous empêcha pas d'en prendre encore trois au cours de la période, Pierre sauvant l'honneur sur une très belle action. C'est Christophe qui arbitra cette mi-temps, et si ses décisions furent assez contestées par les adversaires en début de période, les esprits se calmèrent rapidement, car il se montra aussi solide comme arbitre que comme défenseur.

Reconnaissons que si le score de 5 à 1 est un peu sévère, et surtout si le premier but nous laisse un goût amer, leur victoire n'est pas usurpée.