Reconnaissons toutefois que si cette pénombre a rendu les choses difficiles pour notre défense en première mi-temps, et singulièrement pour notre valeureux gardien, elle n'est pour rien dans le premier but encaissé, ni surtout pour le deuxième, entièrement imputable à une maladresse du gardien, qui en a d'ailleurs assumé la totale responsabilité (mais avait-il le choix ?).



Signalons, pour nous en réjouir, que le onzième, notre libéro-à-qui-il-arrive-de-marquer-depuis-le-milieu-du-terrain-et-de-dos (c'est plus long que "chauve" mais c'est plus agréable aussi) est finalement arrivé, avec une heure de retard, donc vers la fin de la première mi-temps. J'en connais beaucoup qui auraient renoncé avant, je tenais donc à vanter son abnégation.

Menés 2 - 0 après une première mi-temps passée très largement dans notre camp, nous avons joué plus haut, et à onze, en deuxième. Ce qui ne nous a pas empêchés d'encaisser encore deux buts, avec sur le 4ème, de la part de notre gardien, un plongeon qui méritait bien son nom (rapport aux 200 litres, si vous voyez).

De notre côté, Damien en a également marqué 2, dont un d'une superbe tête amortie décroisée (si j'ai bien vu). Jérôme semble avoir été handicapé par l'état de ses chaussures, ou de ce qu'il en restait. D'où un score final de 4 à 2. Soulignons pour terminer le très bon esprit qui régnait sur le terrain.

Je fais partie de ceux qui pensent qu'avec un peu plus de réussite et des conditions de jeu plus réglementaires nous aurions pu remporter ce match.

La semaine prochaine, match contre l’équipe d’Orly (coup d'envoi à 20h30).

J'enlève à Thierry le plaisir de dire qu'il faudra soigner le marquage à la culotte.